Les 5 choses que vous ne savez pas sur l’huissier

A la façon d’Audrey Diwan dans ses drôlissimes listes du magazine Glamour, je vous offre 5 infos sur la profession que vous ignoriez sûrement jusqu’à maintenant.

1. L’huissier est un officier public et ministériel

Mais il n’est pas fonctionnaire pour autant ! On commence cet article sérieusement, en rappelant que vous et moi ne pouvons pas exécuter les décisions des tribunaux : seul l’huissier, qui détient une parcelle de l’autorité publique, le peut ! Ce qui explique que son statut soit réglementé par l’Etat. Dans d’autres pays, l’huissier est un fonctionnaire du tribunal. En France, il bénéficie d’un monopole exercé par un acteur privé.

2. Il n’augmente pas ses tarifs

Même si la demande est forte ! De même, il n’a pas le droit de les diminuer quand la demande est faible par exemple. Pas de loi du marché, même si une étude d’huissier est une entreprise. Le coût des actes est strictement réglementé par la loi, en particulier par le décret et l’arrêté du 26 février 2016. Vous l’aurez compris, il ne peut pas réduire sa facture ! Il ne peut pas non plus « choisir » ses clients : il est tenu d’accepter votre dossier. Quelques exceptions : un membre de sa famille est impliqué, vous ne payez pas la provision qu’il demande… Ce sont les contreparties du monopole.

Monopole huissierPhoto Sarath Kuchi

3. L’huissier est un humain avant tout

Il endosse un rôle qui n’est pas évident : raillé, insulté, souvent incompris. Est-ce que ça lui passe systématiquement au-dessus ? Comme vous et moi, il n’est pas de marbre mais doit se forger une carapace, une protection. Mandaté par un client, il reste cependant impartial en donnant au débiteur les moyens pour se défendre. Il emmène cette fonction d’huissier dans sa vie privée car, il ne faut pas croire, le public fait souvent la confusion entre l’homme et l’huissier ! C’est pourquoi, certains huissiers n’hésitent pas à casser cette image : vive les passions à côté du boulot comme la chanson et le spectacle (voir l’étonnant article sur A. Desagneaux qui occupe de hautes fonctions dans la profession et a été décorée des insignes de Chevalier de l’Ordre du Mérite National), l’alpinisme ou simplement l’adoption d’un style plus détendu, grâce aux sneakers & co !

4. Il entend beaucoup d’idioties… et de confessions

Les personnes que je rencontre dans ce milieu sont pauvres, accidentées de la vie suite à une maladie, un divorce, un décès… Ca fait vraiment mal au coeur et ces personnes sont traitées, cela va sans dire, avec respect. Elles veulent s’en sortir et elles s’en sortent. On leur laisse toujours une chance, elles savent la saisir. A côté de ces personnes, je rencontre aussi un public d’une incroyable mauvaise foi. Quand vient l’été, même si cela fait un moment que je travaille dans ce milieu, je suis toujours sciée quand un débiteur m’explique : “Madame, je vous appelle pour vous prévenir que je ne payerai pas le mois prochain car je pars en vacances.” Comment dire… S’il peut se permettre ce luxe auquel beaucoup de personnes ne peuvent pas avoir accès, il peut néanmoins faire preuve de décence et d’intelligence : règler comme convenu en faisant profil bas… Ce culot est stupéfiant.

A côté de cela, tu entends les pires misères du monde : “je sors de l’hôpital mais je dois y retourner la semaine prochaine pour mon traitement longue maladie”. “J’ai un cancer et je suis en phase terminale”. “Je n’ai pas pu vous contacter car cela fait six mois que je suis au Mali pour défendre la France.” “Je suis handicapé et je ne peux pas me déplacer, vous pourriez venir récupérer mon règlement ?” “Je travaille comme un fou mais je n’arrive pas à joindre les deux bouts.” Personnellement, ce qui me met toujours mal à l’aise est de rencontrer une personne qui travaille, qui s’obstine, cherche des solutions, tient sa société à bout de bras et n’arrive pourtant pas à régler ses charges par exemple… Quand le cas social du coin débarque avec le nouvel iPhone et n’a officiellement “pas de travail”…

 

Vacances et dettes
Photo anda

5. Il pourrait écrire un livre

Entendu dans les études d’huissier :

– “Votre mari et vos enfants doivent être bien malheureux tous les jours avec une femme comme vous !”

– “J’ai contracté toutes ces dettes car en 2008 les médecins m”ont annoncé que je n’avais plus que deux mois à vivre à cause d’un cancer en phase terminale. J’ai mené la grande vie, j’ai voyagé en souscrivant des crédits consommation : n’ayant pas d’héritier, je savais que les dettes s’effaceraient à ma mort ! Sauf que miraculeusement, j’ai survécu et aujourd’hui je rembourse du mieux que je peux…”

– “De toute façon vous ne pouvez pas comprendre, vous gagnez 20.000 Euros par mois” (cliquez ici pour consulter le salaire d’un clerc d’huissier de justice… On est loin de la somme annoncée ! Crying face Winking smile)

– “J’espère que l’argent que vous avez pris sur mon compte servira à acheter des médicaments à vos enfants”.

– Pour des frais de vétérinaire impayés : “J’ai la CMU donc j’ai pas besoin de payer ça !”

Cliquez sur “J’aime” si cet article vous a fait sourire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *