4 astuces pour éviter les impayés

Vous avez enfin trouvé les clients, vous avez effectué la prestation à la sueur de votre front et pourtant, cela fait trois semaines que vous avez envoyé la facture : début de la galère ou simple oubli ? Voici 4 astuces pour rester serein face aux impayés.

1. Demander une provision

Avec ce client particulier, que vous voulez conquérir ou amadouer, vous n’avez pas osé la demander. Ou alors, c’est la première fois que vous travaillez avec lui et vous souhaitez gagner sa confiance. Délicat de demander un paiement par avance ! Et pourtant, que vous soyez en place depuis un moment ou que vous démarriez votre activité, quoi de plus légitime que de demander une avance sur facture ?

Vous pouvez demander une partie du prix ou son intégralité. Je vous conseille de demander une provision lorsqu’un client vous passe une grosse commande ou qu’il vous sollicite de façon très urgente. Bizarrement, ce soudain branle-bas de combat va disparaître au moment de passer à la caisse ! Par exemple, mettez en place un paiement sécurisé par CB sur votre site Internet pour vous permettre de voir en temps réel les règlements effectués.

Demander n’est pas exiger : c’est un bon test psychologique. Si le client est d’ores et déjà réticent à payer, attendez-vous à ce que votre facture ne soit pas réglée dans les trois jours de son envoi…

De même, si l’affaire devait finir en litige, il est plus facile de convaincre le juge du bien-fondé de votre demande de paiement, puisque votre client a déjà commencé à s’acquitter du prix.

ImpayésCrédit photo 401( K ) 2012

2. Vous informer sur le client

Est-ce la première fois qu’il vous passe commande ? Est-il connu dans le milieu pour sa fiabilité, sa confiance résistant à toute épreuve ? S’il a déjà “fait le coup” à vos confrères, mieux vaut s’économiser un travail gratuit pour rien et refuser le deal. Ce genre de personnes ne fait jamais long feu.

On peut se sentir honteux de parler avec les confrères de “toutes les factures impayées qui sont dehors”, pourtant cela délie bien des langues et vos pairs apprécieront votre sincérité ! Bien sûr, ce sujet restera exceptionnel : il est préférable de parler du dernier succès de l’entreprise. Mais vous en apprendrez beaucoup sur les margoulins du coin et les arnaqueurs en série… Toujours les mêmes.


Facture Scrooge
Crédit photo Tom Simpson

3. Faire signer le devis ou le bon de livraison

La signature du devis daté vaut acceptation, à condition qu’il comporte votre tarification. Difficile pour le client de contester ultérieurement ! N’oubliez pas vous aussi de le signer et le dater, il vaudra contrat et surtout preuve si besoin. Cette étape est obligatoire si le client est un consommateur, c’est à dire un particulier n’agissant pas pour ses besoins professionnels, mais il sera aussi un atout si le client est un pro.

En milieu médical, pré-imprimez votre convention d’honoraires avec la mention des dépassements, sur une feuille au bas de laquelle vous faites signer, dater et noter “Bon pour accord” par votre patient lors de la consultation.

Si la commande est passée par Internet ou par téléphone, demandez à votre transporteur de faire signer le bon de commande et, dans l’idéal, de demander les nom et prénom de la personne qui réceptionne. Il vous fait remonter l’info qui vous sera utile pour relancer le client indélicat d’ici quelques jours : “Bonjour, la commande a été livrée le 17 mars à Sophie MULLER comptable, pourrais-je lui parler ?” Personnifier le contact responsabilise le client, qui se sent lié moralement en plus d’être tenu juridiquement.


Devis signé
Crédit photo Sebastien Wiertz

4. Créer une relation privilégiée : la pêche aux bonnes informations

En plus du plaisir de faire affaire, prenez quelques minutes pour faire la connaissance un peu plus personnelle de votre client. Une astuce est d’identifier ses date et lieu de naissance. S’il vous interroge, prétextez une offre spéciale ou une attention pour l’anniversaire, un moyen supplémentaire de faire parler de vous. Si vous êtes médecin, demandez la Carte Vitale et relevez son numéro. Autre question utile à lui poser : sur quels projets / chantiers travaillez-vous en ce moment ? Intéressez-vous sincèrement à votre client, cela renforcera votre relation commerciale et motivera le client à vous payer, tout en obtenant des informations de qualité à fournir à votre avocat ou huissier de justice si vous devez en arriver là pour cause d’impayé. Avec les date et lieu de naissance, l’huissier de justice interroge le Fichier des Comptes Bancaires (FICOBA), mais également toutes les administrations et le Trésor Public… qui révèleront tous les éléments de solvabilité. Connaître le client de votre client permettra, si besoin, de saisir directement entre ses mains la somme qui vous revient, sans passer par votre client indélicat.


Pont procédure
Crédit photo melfoody


Si vous avez trouvé cet article utile, cliquez sur j’aime !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *