5 astuces simples pour choisir le bon locataire

Votre appartement à louer est vide et le désespoir vous gagne. Entre cette vacance locative ou louer à un candidat sur lequel vous avez des doutes, que faire ? Voici mes 5 astuces, simples mais efficaces, validées par mon agent immobilier préféré, pour savoir si vous pouvez sereinement louer au candidat ou si vous devez passer votre chemin !

Locataire impayésPhoto Christian Grelard

Comment choisir le bon locataire ? Votre annonce est sur Leboncoin depuis 3 semaines, vous avez eu quelques visites mais pas de candidat convaincant. Il faut que l’argent rentre ! Vous avez bien eu ce dossier de cette personne qui vous relance tous les jours pour louer votre bien, mais vous hésitez. 

Je vous conseille de vérifier les points suivants avant de prendre votre décision. Vous verrez, c’est tout simple ! S’il est trop tard, je vous laisse le lien vers mon article résumant comment se déroule une procédure d’expulsion.

1. Sa carte d’identité est-elle falsifiée ?

Une vraie carte nationale d’identité comporte les mentions suivantes :
initiales du nom et du prénom en haut à droite sur la photo,
– la date de naissance inscrite à l’envers en bas à droite,
– les prénoms du titulaire de la carte figurent en partie basse, avant la date de naissance à l’envers.

2. Son avis fiscal est-il authentique ?

Grâce au site gratuit des Impôts accessible en cliquant ici, vous rentrez le numéro fiscal et la référence de l’avis d’imposition du candidat (ou de son garant), et vous vérifiez immédiatement leur authenticité. Merci les impôts  Winking smile 

3. Son bulletin de salaire est-il truqué ?

Cette fois, je n’ai pas de solution miracle à vous donner, mais juste quelques éléments  de bon sens à appliquer :

– selon le mois du bulletin de salaire fourni, est-ce que les congés payés correspondent ? La loi donne en principe 2,5 jours de congés par mois au salarié. Si la fiche de paye date de septembre, que la date d’entrée du candidat (souvent indiquée en partie haute) est au mois d’août, il est normal de n’avoir que 2,5 jours de congés. Par contre, s’il a rejoint l’entreprise en janvier, il aura beaucoup plus de jours de congés indiqués en fin de page.

– vérifiez si le bulletin de salaire comporte ou non une ligne : “retenue” ou “saisie sur salaire”. Je ne dis pas qu’il ne faut pas louer, simplement d’y faire attention ! Si cela ne vous traumatise pas plus que ça, vous pouvez aborder le sujet avec votre candidat. Un accident de vie peut vite arriver à tout un chacun et son explication vous rassurera peut-être. Ou pas !

– vérifiez l’existence de la société ou de la personne physique qui l’emploie sur Internet : pages jaunes, societe.com ou infogreffe.fr sont vos meilleurs alliés.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Ancien gendarme, futur clerc significateur

Choisir locatairePhoto Shivapat

4. Son numéro de sécurité sociale est-il fiable ?

Vous le savez sûrement mais une piqûre de rappel ne fera pas de mal. Si le candidat locataire vous donne copie de sa carte de sécurité sociale, je vous conseille de :

le comparer avec celui figurant sur le bulletin de salaire,

– vérifier que le numéro de la carte correspondent à la réalité. Si le candidat est un homme, le numéro de sécurité sociale commence par 1. Si c’est une femme, par 2. Puis viennent les 2 derniers chiffres de l’année de naissance, les 2 chiffres du mois de naissance, les 2 chiffres du département de naissance, le code de la commune de naissance (vous le trouverez sur le site de l’INSEE). Bien sûr, mettez ces informations en corrélation avec les autres documents du dossier Winking smile

5. Quittances de loyer, que faire si le candidat locataire n’en fournit pas ?

Bien sûr, c’est un classique de la location : justifier que les précédents loyers sont tous réglés en donnant les quittances de loyer ou une attestation récente du précédent propriétaire. Si le candidat prétend qu’il ne louait pas son précédent logement, dont acte : qu’il justifie d’une attestation d’hébergement. Vous ne saurez sans doute jamais si elle est authentique, mais vous pourrez vérifier la réaction du candidat ! Bon, je connais des propriétaires qui allaient sur place vérifier que le nom de l’hébergeur figure bien sur la sonnette / boîte aux lettres. Sans aller jusque là, vous pouvez toujours vérifier ça dans les pages jaunes / pages blanches. Si, sur votre demande d’attestation d’hébergement, le candidat mine de se fâcher, fuyez. C’est le monde à l’envers : c’est lui qui rêve d’habiter votre bien, qu’il y mette du sien… ! Belle transition pour la suite et fin :

6. Le savoir-être du candidat locataire

Oui, j’avais annoncé 5 conseils, parce que ce blog est avant tout pragmatique donc j’ignore si ce dernier conseil bonus y a sa place, mais je veux que vous l’ayez vraiment à l’esprit, donc c’est cadeau !

Même en tant que juriste qui partage son savoir, je pense qu’on est avant tout humain et que le savoir-être compte énormément dans nos relations avec nos pairs. Ca va de soi, mais je préfère “enfoncer les portes ouvertes” sur ce sujet si délicat, essentiel pour un investissement immobilier réussi.

Si le candidat vous met mal à l’aise, qu’il vous appelle tous les jours pour vous mettre la pression afin de donner votre accord, qu’il vous fait des demandes qui sortent du cadre, qu’il tarde à vous remettre les documents manquants, qu’il vous promet le paiement mais seulement une fois à l’intérieur… Cela vous fait peut-être sourire de lire ça, mais combien d’histoires pareilles ai-je entendu ? Des personnes malhonnêtes qui vous endorment, des menteurs professionnels qui ont toujours une sacrée bonne excuse, il y en a peu mais ils font ça très bien. Mieux vaut “perdre” quelques jours supplémentaires sans louer votre bien, tant pis pour la vacance locative. Si vous louez à un beau parleur, qui en plus ne paye pas, vous l’aurez sur le dos un long moment, donc ne soyez ni naïfs ni trop gentils ! Vous rendez le service de louer un logement correct, les candidats doivent être à la hauteur.

Cliquez ici pour d’autres articles sur l’immobilier (catégorie qui regroupe mes meilleurs conseils issus de mon expérience de clerc d’huissier), notamment l’article « Mon locataire est parti et ne paye plus, je peux reprendre mon logement ?« 

Partagez vous aussi, juste en-dessous en commentaire, votre conseil sur la mise en location. Il pourra éviter à un honnête propriétaire de se faire berner !

4 réponses sur “5 astuces simples pour choisir le bon locataire”

  1. Vous avez raison, on est jamais trop prudent!

    La dernière astuce à la mode est eux personnes bien sous tous rapports qui se présentent avec tous les papiers nécessaires…
    mais en fait ce ne sont pas eux qui louent le logement in fine!!

    Quels recours a le propriétaire face à cette situation?
    peu à mon sens 🙂

    1. Bonjour Pierre ! Merci pour votre commentaire.

      Vous êtes la deuxième personne à me parler de ce problème. On peut légitimement se poser la question du recours possible, tout d’abord parce que c’est illégal, ensuite concernant les exigences actuelles de sécurité…!

      À mon sens, il y a 2 situations possibles :
      – les personnes qui sont effectivement dans les lieux ne sont pas « solvables » et c’est pour ça qu’une tierce personne a présenté des documents qui correspondent aux attentes de solvabilité. Si le loyer est payé, je ne vois pas quel recours exercer puisque vous ne subissez pas de « préjudice » en tant que tel (je parle d’un point de vue juridique), même si moralement c’est intolérable de ne pas connaître leur vraie identité.
      – le locataire a sous-loué sans l’accord du propriétaire, ce qui explique que vous ne connaissiez pas les occupants. Que disent les voisins ?

      Comment avez-vous finalement solutionné ce problème ? J’espère que vous partagerez ici votre expérience qui pourra être utile à d’autres propriétaires et gestionnaires de biens !

  2. Bonjour Claire,

    Dans l’exemple que j’ai en tête les « locataires » occasionnent des gênes énormes pour le voisinage, mais pas quand ils sont dans l’appartement, quand il sont dans la rue (ils sont trop nombreux pour être tout le temps dans l’appartement)
    Du coup, la mairie ne peut pas faire grand chose à part des verbalisations pour nuisances dans la rue, et le propriétaire ne peut rien faire non plus, ou ne veut rien faire car les loyers sont payés…

  3. Bonjour Pierre !

    Effectivement, dans la mesure où ils causent le trouble depuis la rue, je doute qu’un recours soit ouvert au propriétaire. Je n’ai encore jamais eu ce genre de dossiers, je vous tiendrai informé ici en commentaires si j’entends de bons conseils pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *